19 mai 2008

L'innovation dans l'aviation d'affaires : un enjeu pour le développement du secteur

Monsieur Patrick PINGANAUD, Directeur de la stratégie, DASSAULT AVIATION
Monsieur Gérard LARUELLE, Directeur Général ASTech Paris Région

Lors de la 27e Rencontre Européenne de la Technologie qui s’est tenue à l’ARD, Gérard LARUELLE, Directeur Général ASTech Paris Région et Patrick PINGANAUD, Directeur de la stratégie, DASSAULT AVIATION, ont présenté le secteur de l’aviation d’affaires et mis en évidence l’innovation comme véritable enjeu de développement du marché pour les années à venir.

Dès son introduction, Patrick Pinganaud a rappelé que le marché des avions d'affaires est un marché florissant, toujours dominant aux Etats-Unis. Toutefois, son essor s’explique par le dynamisme des marchés particulièrement actifs en Europe (avec notamment la Russie) et en Asie. La flotte (26 650 avions d’affaires dont 15 100 jets) est sensiblement identique à celle de l’aviation commerciale (30 500 avions commerciaux). Plus de 1 600 Falcon sont en service en 2007.
Dassault Aviation occupe une position de leader avec une part de marché de 40% dans les jets d'affaires haut de gamme. Sur un effectif France de 12 000 personnes, Dassault Aviation compte 5 000 personnes en Ile-de-France (Argenteuil, Le Bourget, Saint-Cloud). En ce qui concerne la R&D du groupe, elle est localisée à 80% en Ile-de-France. Le groupe est présent aux Etats-Unis avec une des plus grandes usines à Little Rock et travaille avec de nombreux partenaires dans le monde.

Prenant l’exemple du Falcon 7X (rayon d’action de 11 000 km) Patrick Pinganaud a expliqué la stratégie de Dassault Aviation pour maintenir sa compétitivité : innover régulièrement afin de proposer de nouvelles performances attractives au prix du marché. A titre d’exemple, il a cité les avancées du Falcon 7X avec l’introduction de commandes de vols électriques. Ce jet est le premier avion entièrement développé sur une plate-forme virtuelle qui a associé 27 partenaires dans plusieurs pays. Outre la transition du plateau physique au plateau virtuel, le développement du Falcon 7X illustre ce que peut être un projet PLM (Product Lifecycle Management) : concevoir et développer l'appareil mais également travailler la certification et les essais ou encore la maintenance. D’autre part, le nouveau cockpit EASy fait entrer l'aviation d'affaires dans l'ère de l'avionique graphique. Toutes les fonctions (navigation, calcul de performances, liaisons de données, etc.) sont présentées sur des écrans.

Patrick Pinganaud a poursuivi son intervention par la présentation du centre d'assistance technique Falcon qui permet de renforcer la qualité du support offert à tous les opérateurs Falcon. Ce centre d'assistance garantit aux clients des solutions de dépannage rapides et complètes grâce à un accès en temps réel à l'ensemble des informations techniques et commerciales relatives à la flotte et aux avions clients.
Le renouvellement des gammes d’avions s’accélère. La prise en compte de l'impact environnemental est une réalité dans le développement des futures générations d'avions civils et s’étend aux avions militaires. En ce qui concerne Dassault Aviation, pour les avions d’affaires et les jets privés, cette préoccupation touche les méthodes de conception de deux manières différentes : l'avion durant le vol et l'avion tout au long du cycle de vie (construction, maintenance et démontage). Dans le domaine de l’environnement, Dassault Aviation fabrique des avions « fins » qui consomment moins de carburants. Pour exemple, le Falcon 900 consomme 30% de carburant de moins que ses concurrents.
Patrick Pinganaud a conclu son intervention en précisant que Dassault Aviation dirige un programme européen de R&D sur les avions supersoniques.

Gérard Laruelle a rappelé le contexte de création du pôle ASTech Paris Région (labellisé le 5 juillet 2007) qui compte aujourd’hui près d’une centaine d’acteurs du domaine aérospatial francilien : 1er bassin d’emplois en France avec 100 000 personnes et 43% de la R&D, l’Ile-de-France contribue à ce leadership grâce à la présence d’industriels compétitifs au niveau mondial.  L’objectif du pôle ASTech Paris Région est d’accroître par des innovations technologiques de rupture la position de l’Ile-de-France et la compétitivité de l’aérospatiale francilienne dans les secteurs de l’aviation d’affaires, du transport spatial et de la propulsion. De nombreux centres de recherche travaillent sur ces thématiques en lien avec le pôle ASTech Paris Région.  ASTech Parir Région joue un rôle central dans l’animation de la filière aéronautique en Ile-de-France. Ses missions portent sur le développement de l’écosystème, l’aide au renforcement de la compétitivité des PME franciliennes, le développement durable, la formation. La première mission du pôle est de favoriser l’émergence de nouveaux projets  de recherche et leur développement. A titre d’exemple, au bout d’un an d’existence, le pôle a déjà obtenu le financement de 6 projets. Ces projets rassemblent de nombreux partenaires qui, sans le pôle, n’auraient pas eu l’occasion de se rencontrer et travailler ensemble. Très récemment, ASTech Paris Région a signé un partenariat avec le pôle MOV’EO.  Le pôle ASTech Paris Région est organisé autour de 5 domaines thématiques à forte intensité de R&D : « Energie à bord », « Propulsion/Equipements » , « Matériaux et Procédés » , « Architecture Véhicules »  et « Maintenance Aéronautique » Un binôme Président (issu de l’industrie)/Vice-Président (issu du monde académique) est en charge de développer chacun de ces domaines avec les entreprises du pôle.


Falcon 2000
© P. Bowen/Dassault Falcon


Patrick Pinganaud


Gérard Laruelle